eagles1972C’est dans l’ombre de LINDA RONSTADT que les EAGLES ont pris leur envol en 1971. En plus de l’avoir accompagnée sur scène (pas toujours en même temps), les quatre membres avaient participé à l’enregistrement du troisième album de la chanteuse, et il semble même que cette dernière ait orienté Glenn Frey et Don Henley dans le choix de Bernie Leadon. Avec l’ex-POCO Randy Meisner, c’est un peu les quatre coins de l’Amérique qui s’unissaient à Los Angeles. Frey était originaire de Detroit, à l’opposé de la bourgade du Texas natal de Don Henley. Meisner, lui, avait grandi dans une ferme du cœur de l’Amérique, dans le Nebraska, tandis que Leadon, natif de Minneapolis avait passé une partie de son adolescence à Gainesville en Floride après être passé par San Diego en Californie.

De ces origines géographiques diverses, différentes influences musicales que les membres du groupe ont pu recevoir durant leur jeunesse, encore que ces origines puissent conduire à des fausses routes. Leadon, en effet sera l’élément le plus country des Eagles, mais sans grande surprise, Glenn Frey tirera de sa vie citadine dans le Michigan un tempérament plus tourné vers le rock.

Mais comme pour brouiller les pistes encore davantage, c’est avec un titre nettement plus country que rock’n’roll que Glenn Frey fera connaître sa voix sur le premier titre de ce premier album. Le fameux « Take It Easy » co-signé et interprété l’année suivante par JACKSON BROWNE est à n’en pas douter le titre le plus marquant de ce disque, mais il serait bien injuste de résumer l’album à ce seul hit.

Paradoxalement enregistré à Londres avec un producteur anglais (Glyn Johns), l’album est une sorte de patchwork de la culture musicale américaine, avec une assez forte dominance country rock, dont quelques ballades dans un esprit western très chaleureux (la mélancolique « Most Of Us Are Sad », l’acoustique « Train Leaves Here This Morning », titre co-signé par Leadon – qui l’interprète – et Gene Clark des BYRDS). On y trouve de plus, et avec bonheur, les sonorités du banjo de Bernie Leadon, que Glyn Johns a bien su exploiter, notamment sur « Take It Easy », mais de manière plus évidente encore sur l’étonnant « Early Bird ». avec ses accompagnements de gazouillis d’oiseaux pour le moins rafraîchissants.

Sur ce premier album, on s’étonne de voir le rôle presque secondaire tenu par Don Henley, qui signe d’ailleurs peu de titres. Celui qui peu à peu s’imposera comme le co-leader et principal chanteur du groupe n’avait en effet que deux chansons pour faire étalage de son talent, avec sa voix chaude, on ne peut mieux adaptée à « Witchy Woman », morceau un peu hybride combinant des harmonies vocales soul à des riffs quasiment hard rock.

Le hard rock, il en est encore un peu question sur « Chug All Night », du moins sur certains passages et notamment, une fois de plus, les riffs de guitare, le morceau flirtant ensuite avec le rock’n’roll et le rhythm & blues chers au cœur de Glenn Frey qui interprète le morceau. Et on retrouve encore des bribes de rock dur dans la lourdeur des riffs de « Take The Devil », morceau habité (par Randy Meisner) une fois encore aux influences multiples, sur fond de blues rock, comme « Tryin » interprété une fois de plus avec intensité par le trop sous-estimé Randy Meisner. On voyage, vous disais-je, et il n’est jamais question de souffrir du dépaysement.

Une chose frappe, dès les premiers titres, et c’est précisément ce qui séduira Glyn Johns qui se sera d’abord fait prier pour accepter de produire ce premier album. Cette chose si séduisante chez les Eagles, et qui probablement les aida à se distinguer en plus de leurs talents de composition évident, ce sont les harmonies vocales. Chaque titre est l’occasion d’utiliser la complémentarité des quatre chanteurs.

Harmonies vocales aux petits oignons, large spectre d’influences, grand soin dans les arrangements et richesse mélodique, les bases du genre westcoast qui fera plus tard le grand succès des Eagles étaient jetées.

Tracklist :
1. Take It Easy
2. Witchy Woman
3. Chug All Night
4. Most Of Us Are Sad
5. Nightingale
6. Train Leaves Here This Morning
7. Take The Devil
8. Earlybird
9. Peaceful Easy Feeling
10. Tryin’

Musiciens :
Glenn Frey : chant, guitare, slide guitar
Don Henley : chant, batterie
Bernie Leadon : chant, guitare, banjo
Randy Meisner : chant, basse

Production : Glyn Johns

Label : Asylum

Publicités