fleetwoodmac1975En un peu moins d’une décennie, depuis la fin des années 60, FLEETWOOD MAC aura connu moult remaniements (seuls les tauliers Mick Fleetwood et John McVie – qui posent sur cette pochette – ont participé à tous les enregistrements du groupe qui porte leurs noms), et quelques évolutions musicales au fil des années sans jamais tout à fait perdre de vue le blues qui les avait fait naître. Mais avec l’arrivée du couple Nicks / Buckingham, le groupe d’origine anglaise, relocalisé un an plus tôt en Californie, allait faire peau neuve et décupler son potentiel à composer des hits, et donc accroître sa popularité.

Le recrutement de Lindsay Buckingham avait été suggéré à Mick Fleetwood par le producteur Keith Olsen. Nous étions alors en 1974, et Mick Fleetwood était en quête d’un nouveau partenaire depuis le départ de son chanteur guitariste Bob Welch. Olsen avait produit deux ans plus tôt l’album du duo BUCKINGHAM / NICKS, dont était tiré le titre « Frozen Love », qui concluait avec brio l’album et impressionna Mick Fleetwood. Le batteur offrit à Buckingham de rejoindre son groupe, ce que ce dernier accepta à la condition d’y intégrer également sa compagne d’alors, Stevie Nicks. L’affaire fut conclue, et Fleetwood Mac venait de gagner le gros lot.

Malgré trois fortes individualités pour se partager le chant et les compositions, le nouveau Fleetwood Mac se présentait sous une forme étonnamment homogène, chaque chanteur pouvant revendiquer une part de l’identité du groupe, tout en formant un tout quasi indissociable. Stevie Nicks apportait la féerie et l’émotion à fleur de peau, tandis que Lindsay Buckingham, qui bouillait lui aussi de créativité, tirait Fleetwood Mac vers toujours plus d’audace. Par un effet d’émulation, le talent d’écriture de Christine McVie s’en révélait sublimé, et par la douceur de sa voix et son aptitude à composer de belles mélodies, la chanteuse complétait le duo fraichement recruté par une touche d’élégance toute britannique.

De fait, la musique de Fleetwood Mac n’avait plus grand-chose de commun avec les précédents albums, le groupe trouvait un équilibre fameux entre pop, folk, blues et country. C’est à l’évidence plus du côté de l’album « Buckingham / Nicks » que de « Heroes Are Hard To Find » qu’il faut aller chercher des références, et on ne s’étonnera d’ailleurs pas de retrouver la ballade country « Crystal » (et ses jolies harmonies vocales), déjà présente sur l’album de 1973. Dans un style similaire, mais beaucoup plus rythmé, on retiendra également « Blue Letter ». Plus pop, « Monday Morning » avec son refrain très efficace montre si besoin était que Lindsay Buckingham a plus d’une corde à son arc. Mais c’est encore lorsqu’il devient plus aventureux qu’on le préfère, et de ce point de vue, l’homme nous régale avec deux titres devenus classiques, deux sortes de blues singuliers : hypnotique et épuré sur « World Turning » (composé et interprété avec Christine McVie, ce titre s’inspire d’un blues acoustique de Peter Green tiré du premier album : « The World Keep On Turning »), planant et envoûtant sur le somptueux « I’m So Afraid ». Deux titres qui plongent l’auditeur dans un univers musical pour le moins fascinant.

Celui de Christine McVie est en apparence plus conventionnel, et pourtant, le charme agit tout autant. Sur fond de piano électrique, la ballade westcoast « Warm Ways » est l’occasion pour Christine McVie de recourir, comme elle en prendra l’habitude, à des raffinements de douceur (« Over My Head », « Say You Love Me », « Sugar Daddy »).

Il faut attendre le quatrième titre pour retrouver la voix troublante de Stevie Nicks, et notre patience est récompensée par le superbe « Rhiannon ». Atmosphère nébuleuse sur fond de piano électrique, le single s’imposera comme un classique du groupe. Tout comme la ballade folk « Landslide », sur laquelle la chanteuse est simplement accompagnée par son compagnon d’alors à la guitare acoustique, comme quelques années auparavant.

Cet album éponyme marquait bel et bien une renaissance pour Fleetwood Mac, et tant de raffinement ne pouvait trouver qu’une issue : le groupe connaîtra son premier grand succès en vendant plusieurs millions d’exemplaires de ce disque qui se retrouvera assez injustement éclipsé, deux années plus tard, par un monument plus imposant encore : « Rumours ».

Tracklist :
1. Monday Morning
2. Warm Ways
3. Blue Letter
4. Rhiannon
5. Over My Head
6. Crystal
7. Say You Love Me
8. Landslide
9. World Turning
10. Sugar Daddy
11. I’m So Afraid

Musiciens :
Stevie Nicks : chant
Lindsay Buckingham : chant, guitare
Christine McVie : chant, clavier
John McVie : basse
Mick Fleetwood : batterie, percussions
_________
Waddy Wachtel : guitare (10)

Production : Fleetwood Mac, Keith Olsen

Label : Reprise Records