purple-rain-2017Alors que 1999 a permis à Prince de s’imposer comme l’un des artistes les plus populaires des années 80, le chanteur décide de d’essayer au cinéma. En ce sens il ne fait que rejoindre une longue liste de confrères qui, de Bing Crosby à Michael Jackson, se sont essayés à être acteurs. Le projet Purple Rain ne représente pas un grand challenge pour le novice car le but est de jouer plus ou moins son propre rôle. Si Purple Rain s’avère au final un film plutôt bien fichu (par rapport à la longue liste des films désastreux réalisés avec des Rock Stars sur des Rock Stars), le plus important reste la musique qui donnera lieu à l’album le plus acclamé de l’artiste.

« Let’s Go Crazy » commence comme une messe Gospel mais façon 80’s. Entendez par là avec des synthés à la place de l’orgue. Puis un riff de guitare très entraînant vient nous emmener vers le morceau proprement dit. Le son est typique de Prince qui a réussi à se créer un univers musical bien à lui: boîte à rythme très typée, synthés et guitares. Avec refrain qui porte à la fête parfaitement dans l’esprit de l’époque. Plus Pop, « Take Me With You » est assez passe-partout et clairement le titre le plus indispensable. « The Beautiful Ones » est en revanche un superbe ballade comme Prince savait en écrire à l’époque avec des synthés très présents. Il faut attendre l’étrange « Computer Blue », entre Dance, Funk et Hard Rock pour retrouver Prince et son groupe dans un style plus explosif. Le chanteur nous fait ensuite en performance à vous donner la chair de poule sur le sauvage « Darling Nikki », poussant des cris de rage aigus qui donneraient des leçons à certains chanteurs Hard Rock. Changement total d’ambiance avec un « When Doves Cry » très épuré (juste une boîte un rythme et quelques notes minimalistes de synthés… et un solo de guitare). L’un des tubes de l’album et certainement un des meilleurs morceaux de Prince. « I Would Die 4 U » propose un rythme de Dance flashy tout comme « Baby I’m A Star », dans la lignée des grands titres de Funk Pop des artistes qui l’on influencé (Sly Stone en tête). Enfin, c’est la chanson titre, véritable chef d’œuvre, qui termine l’album. Ballade Pop majestueuse emprunte de nostalgie, elle est dominée par la voix de Prince et sa guitare. Et bien sûr le tout termine par un splendide solo qui montre qu’il était bel et bien un des meilleurs guitaristes des années 80. La version déluge sortie en 2017 permettra aussi de découvrir une série d’inédits qui, comme souvent chez Prince, valent autant les détour que les titres retenus (parfois même plus), ou des face B énormes comme « Erotic City ».

Même s’il joue souvent en studio de tous les instruments, le groupe qui l’accompagne, The Revolution, a trouvé sa formation ultime. Outre le batteur Bobby Z et le clavieriste Matt « Dr » Fink, présents depuis les débuts, la calviniste Lisa Coleman et le bassiste Brown Mark qui le suivent depuis quelques temps, le groupe accueil à présent la guitariste Wendy Melvoin dont le charisme et la présence scénique en feront un élément indispensable du groupe. Purple Rain va amener Prince au sommet avec pas moins de trois méga-tubes et un album qui plaira autant aux fans de Rock qu’aux fans de Pop et de Dance. L’album est également plus abordable dans sa majorité que la plupart des autres album de Prince, ce qui en fait toujours un indispensable pour arriver à plonger dans son univers si riche et particulier. Un must !

Tracklist:
1. Let’s Go Crazy
2. Take Me with U
3. The Beautiful Ones
4. Computer Blue
5. Darling Nikki
6. When Doves Cry
7. I Would Die 4 U
8. Baby I’m a Star
9. Purple Rain

Musiciens:
Prince: Chant, guitare, claviers, basse, batterie
Wendy Melvoin : Guitare(1, 2, 4, 7, 8, 9)
Lisa Coleman: Claviers (1, 2, 4, 7, 8, 9)
Matt Fink: Claviers (1, 4, 7, 8, 9)
Brown Mark: Basse (1, 4, 7, 8, 9)
Bobby Z. : Batterie

Producteur: Prince

Publicités