blondes-have-more-fun-red-vinyl-red-vinyl-rod-stewart-966867852_LBlondes Have More Fun a souvent été qualifié comme l’album Disco de Rod Stewart et donc de ce fait sévèrement critiqué. Pourtant ces critiques sont probablement émises par des personnes n’ayant pas écouté l’album en entier, les mêmes qui qualifient 1984 de Van Halen d’album Pop. En effet, les méga-tubes issus de ces deux albums (« Do You Think I’m Sexy ? » pour l’un et « Jump » pour l’autre) ont mis dans l’ombre le reste du disque, pourtant dans la continuité de ce que leur auteur avait proposé précédemment. Ainsi, si « Do You Think I’m Sexy ? » est bel est bien un titre Disco, le reste de Blondes Have More Fun ne diffère pas vraiment de Foot Loose & Fancy Free. Même équipe (Grainger, Cregan et Peek aux guitares, Chen à la basse et Appice à la batterie), même Rock rugueux, entre les Rolling Stones et la Motown.

Occupons-nous tout de suite de « Do You Think I’m Sexy ? » pour ne plus en parler. Oui, c’est un titre Disco, oui il a un aspect assez putassier (ces cordes bien trop sirupeuses et ce saxo bien guimauve), mais le rythme est communicatif et la ligne de chant accrocheuse juste ce qu’il faut. Avec un arrangement plus Rock, le titre serait tout aussi bon (et même sans doute meilleur). Son problème est en fait d’avoir complètement embrassé le genre Disco (et pas celui qui a le mieux vieilli), là où d’autres artistes (les Rolling Stones avec « Miss You », Roxy Music avec « Love Is The Drug » ou Queen avec « Another One Bites The Dust ») avaient su garder une touche de Rock, réalisant un fusion plutôt réussie. Mais le succès fut énorme et a permis à Carmine Appice, son co-auteur, de pouvoir se consacrer par la suite à des projets Hard Rock bien moins vendeurs sans craindre pour payer ses factures. Tant pis pour les fans de la première heure qui ont arrêté leur écoute de l’album après ce premier titre: « Dirty Weekend » est dans la lignée des titres macho Rock, Rhythm n Blues bien crasseux à la« Hot Legs ». De la slide en veux-tu en voilà, des riffs Boogie, une rythmique de plomb et notre chanteur qui nous lance ses paroles salaces de sa voix si particulièrement éraillée.

Vous voulez du romantisme ? Ecoutez le charmant titre électro-acoustique « Ain’t Love A Bitch », une belle petite ritournelle à fredonner en famille en voiture… Si vous êtes sûr que vos enfants ne parlent pas anglais car les paroles sont trompeuses. Oui, le Rod est d’humeur fendard sur cet album, comme on va le voir, et n’aime rien mieux que tromper l’auditeur. Du Steel Panther avant la lettre (même si plus soft évidemment). « The Best Days Of My Life » est la ballade acoustique pour plaire aux filles, élément indispensable d’un album de l’ami à la coiffure d’ananas. C’est mignon, c’est joli, c’est vaguement guimauve, comme un plaisir coupable. « Is That The Thank I Get? » nous emmène sur un terrain Rock un peu plus Soul. On appréciera la montée vers le refrain et la frappe de Carmine Appice qui prouve qu’il était bien le John Bonham américain. De jolies parties de guitares sont également à mentionner. Le côté farce de Rod est de retour avec « Attractive Female Wanted », titre Rock composé comme une simili-ballade nostalgique dont les paroles, hilarantes, parleront à tout homme ayant connu une longue période de célibat. La petite perle de l’album à ne pas en douter.

Juste après ce pure moment de bonheur, nous avons droit à un titre joyeusement Boogie Rock’n Roll et purement jubilatoire, l’éponyme « Blondes Have More Fun », comme si notre célibataire de la chanson précédente avait enfin trouvé son bonheur. Je défie quiconque qui entend ce titre de ne pas avoir envie de sauter dans tous les sens ou au moins de taper du pied. « Last Summer » nous emmène sur le territoire d’une calypso très kitsch. Rod Stewart n’a jamais hésité à aller à fond dans les clichés de mauvais goûts, et nous avons la preuve ici. Il faut cependant avouer que malgré ce côté club med, la ligne de chant est très accrocheuse. Avec une autre orchestration, le titre aurait pu être excellent. Après avoir repris « You Keep Me Hangin’ On » sur l’album précédent, Rod et ses complices s’attaquent à un autre tube de Holland-Dozier-Holland (les Lennon/McCartney de la Motown) avec « Standin’ In The Shadows Of Love ». La basse typée disco est de retour sur les refrains, mais l’ensemble est cette fois bien Rock, ce qui met cette reprise sur un pied égalité avec les grands titres de Disco Rock que j’ai cité plus haut. Parfait pour danser tout en ayant sa dose d’overdrive. « Scarred And Scared » termine sur une ballade Folk Rock que n’auraient pas reniés les Rolling Stones de Exile On Main Street.

Au final, Blondes Have More Fun n’est pas un album Disco, mais au contraire un des meilleurs albums de Rod Stewart et le deuxième volet d’un imparable triptyque. Certes, tout n’est pas toujours de bon goût (et certainement pas la pochette), mais cela reste un grand moment du Rock 70’s.

Tracklist:
1. Da Ya Think I’m Sexy?
2. Dirty Weekend
3. Ain’t Love A Bitch
4. The Best Days Of My Life
5. Is That The Thanks I Get?
6. Attractive Female Wanted
7. Blondes (Have More Fun)
8. Last Summer
9. Standin’ In The Shadows Of Love
10. Scarred And Scared

Musiciens:
Rod Stewart: Chant
Gary Grainger: Guitare
Jim Cregan: Guitare
Billy Peek: Guitare
Phil Chen: Basse
Carmine Appice: Batterie
Nicky Hopkins: Piano
Duane Hitchings: Claviers

Producteur: Tom Dowd

Publicités