journey1976Pour beaucoup, et j’en suis, l’âge d’or de Journey commence avec l’arrivée de Jonathan Cain en 1981 sur « Escape », et se termine avec le hiatus qui suivra l’enregistrement de « Raised On Radio ». Cette période coïncide avec le succès commercial du groupe, et ce qui va généralement de paire, avec un enrichissement spectaculaire du répertoire du groupe.

Pour autant, faire l’impasse sur les albums qui ont précédé cette période faste serait une erreur. Entre la période où Gregg Rolie était l’unique chanteur et les premiers albums enregistrés avec Steve Perry, Journey a semé d’excellents morceaux sur quasiment tous ses albums, et voir le groupe évoluer peu à peu, d’un genre assez progressif à ce fameux AOR dont il devint le fer de lance ne manque pas d’intérêt.

Second album du groupe, « Look Into The Future » est un disque marqué par son époque. C’est aussi un album qui, sur sa première face, montre une volonté de sortir des schémas progressifs plus systématiquement utilisés sur le premier disque du groupe. On le remarque dès le premier titre, « On A Saturday Night » qui, pour le coup, n’a rien de progressif. Entraînant, chaleureux, direct et disons-le : accrocheur. En un mot : une réussite.

La reprise des Beatles « It’s All Too Much », donne un joli coup de fouet à la version originale, mais on s’attardera plus volontiers sur la ballade planante « Anyway », le meilleur titre de ce disque, et à mon avis l’un des tout meilleurs titres du répertoire de Journey dans les années 70. Un titre un peu dans l’esprit du Pink Floyd accessible de la même époque.

Les riffs hard rock et l’atmosphère générale de « She Makes Me (Feel Alright) » lorgnent plus du côté de Led Zeppelin, et le résultat est une fois encore plutôt séduisant.

Co-signé par le guitariste George Tickner — qui quittera le groupe avant l’enregistrement de l’album — « You’re On Your Own » prépare à une seconde moitié de l’album moins directe, avec une structure plus complexe, sans pour autant perdre la mélodie en route. Une fois de plus, un titre très intéressant, dans une ambiance assez mélancolique qu’on retrouve dans une déclinaison plus délicate sur un très bon « Look Into The Future » développé sur plus de huit minutes sans susciter l’ennui.

Ce sera un peu moins le cas de « Midnight Dreamer » qui après une entame percutante, se perd dans un long — trop long — break expérimental à l’inspiration « jazzy ». Une tendance qu’on retrouve sur « I’m Gonna Leave You », qui partait pourtant comme un morceau de hard rock bien rentre-dedans.

Reste que ce disque généreux en sonorités d’orgue typées Hammond et en prouesses guitaristiques a tout pour plaire aux nostalgiques de ce temps regretté où la musique n’était pas encore tout à fait devenue un produit de consommation aussi jetable que les autres.

Tracklist :
01. On A Saturday Night
02. It’s All Too Much
03. Anyway
04. She Makes Me (Feel Alright)
05. You’re On Your Own
06. Look Into The Future
07. Midnight Dreamer
08. I’m Gonna Leave You

Musiciens :
Gregg Rolie : chant, clavier
Neal Schon : guitare
Ross Valory : basse
Aynsley Dunbar : batterie

Production : Journey, Glen Kolotkin

Label : Columbia

Publicités