K60171000000000-00-500x500En 1970 le Rock américain est en pleine mutation. Le Rock psychédélique vit son chant du cygne. Hendrix et Joplin décèdent, Morrison attend son heure, le Jefferson Airplane se disloque peu à peu. En Angleterre, le courant Hard Rock est en train de conquérir l’Amérique. Grand Funk Railroad sera la première réplique aux géants des décibels anglais à connaître le succès. Mais Grand Funk Railroad est à l’époque un groupe très différent de la bande de Page ou celle de Blackmore. Le power trio mélange le Garage Rock des Stooges et des MC5 au Blues Rock de Cream et Led Zep. Les critiques détestent et leur rejet du groupe devient d’autant plus fort que ceux-ci rameutent des foules. Grand Funk Railroad devient la coqueluche des stades alors qu’ils n’ont pas encore de titres à succès à leur répertoire. Ce sont leurs albums et leurs performances scéniques qui valent à Mark Farner, Don Brewer et Mel Schacher leur réputation. Un fait pas si fréquent dans le show biz américain. Le groupe vient bien d’avoir un tube avec « I’m Your Captain (Closer To Home) », mais il est sorti après la tournée dont ce live est issu et de ce fait ne s’y trouvera pas. Enregistré entre leur deuxième et troisième album, ce premier live témoigne de la puissance de feu qu’avait le groupe sur scène ainsi que de cette première période plus déglinguée que ne le sera la suite.

On pourrait se demander pourquoi une telle introduction a été laissée si ce n’est pour montrer que le public semble être venu en masse. Heureusement dès « Are You Ready » on est dans l’ambiance. On retrouve les caractéristiques de Grand Funk Railroad à l’époque, les riffs simples et agressifs ainsi que les solos hargneux de Mark Farner, la basse virtuose et lourde de Mel Schacher et la batterie tumultueuse de Don Brewer. Farner est encore le seul chanteur principal à l’époque mais Brewer vient souvent l’épauler. Oui, on peut comprendre pourquoi les critiques détestaient ce groupe peu subtile et particulièrement bruyant. La distorsion de la guitare Farner sur « Paranoid » (qui n’a, vous vous en doutez, rien à voir avec Black Sabbath) atteint des proportions encore jamais atteintes à l’époque. Et pourtant, derrière cette façade de bombardier les trois musiciens sont bien meilleurs qu’on ne pourrait le penser (écoutez les lignes de basses de Schacher). Oui, bien sûr il est probable que le groupe ne passait pas son temps à peaufiner les morceaux et que ceux-ci résultent de jams. De ce fait, ils manquent du caractère accrocheur qu’auront les tubes qui ont suivis par la suite. Mais cela n’empêche pas de véritables moments jubilatoires comme ce riff dantesque accompagné par une ligne de basse étourdissante sur « T.N.U.C. », le déluge destructeur qu’est « Paranoid » ou encore le solo sans filet de Farner sur « In Need ».

Mais le groupe tout en gardant leur rage et leur violence sonore montrent déjà l’intérêt vers d’autres styles. Ainsi « In Need » semble être du Creedence Clearwater Revival dopé aux amphétamines et « Heartbreaker » (à nouveau rien à voir avec Led Zep) possède des influences Soul. Seul extrait de l’album sur le point de paraître, « Mean Mistreater » voit Mark Farner voit troquer sa guitare contre un piano électrique pour une ballade qui dégénère rapidement. L’instrumental inédit « Mark Says Alright » permet en outre de confirmer que le groupe est composé de bien meilleurs musiciens que ce qui certains esprits ‘éclairés’ prétendaient à l’époque. La guitare de Farner semble en feu et les deux autres ne font rien pour l’éteindre, au contraire, attisant les flammes par leur vélocité. Quant au solo de batterie de Don Brewer, il semble avoir été joué par une pieuvre, se montrant l’égal (si ce n’est plus) d’un John Bonham alors maître incontesté de l’exercice. On s’extasiera également sur leur excellente reprise du « Inside Looking Out » des Animals qui renverse tout sur son passage.

Une fois que s’achève l’album sur le fougueux « Into The Sun », on a l’impression d’avoir été reversé par un convoi de bulldozers. Oui, la violence qu’avait le groupe sur scène n’avait rien à envier aux groupes extrême d’aujourd’hui, au contraire. Et au moins, Grand Funk Railroad n’avait pas mis toute musicalité de côté, même si la mélodie n’est pas ce qui prédomine dans leurs compos d’alors. Ce Live Album connu un énorme succès: une semaine après sa sortie il était déjà disque d’or ! Cela semble ahurissant car Grand Funk Railroad n’a plus vraiment la même réputation aujourd’hui, du moins en Europe. Cela est également surprenant car ce déluge sonore n’est pas vraiment ce qu’on pourrait imaginer grand public. Quoiqu’il en soit, il mérite certainement sa place parmi les grands album live des années 70, même s’il ne plaira assurément pas à tout le monde.

Tracklist:
1. Introduction
2. Are You Ready
3. Paranoid
4. In Need
5. Heartbreaker
6. Words of Wisdom
7. Mean Mistreater
8. Mark Say’s Alright
9. T.N.U.C.
10. Inside Looking Out
11. Into The Sun

Musiciens:
Mark Farner: Chant, guitare, piano, harmonica
Mel Schacher: Basse
Don Brewer: Batterie, choeurs

Producteur: Terry Knight

Publicités