eagles1976Le précédent album des Eagles — « One Of These Nights » — marquait un virage plus commercial qui n’était pas au goût du guitariste Bernie Leadon. Entre lui et Glenn Frey, le sujet n’était plus tant un désaccord que la source d’un conflit ouvert qui devait mener quelques semaines plus tard au remplacement de Leadon par l’ancien guitariste de James Gang : Joe Walsh.

Le travail en studio sur le cinquième album s’étalant sur plusieurs mois durant lesquels les Eagles poursuivaient la tournée de « One Of These Nights », la maison de disques profite de l’occasion pour mettre sur le marché la première compilation des Eagles, « Their Greatest Hits » qui boucle une période de seulement quatre années déjà très fructueuse. Le disque sera un immense succès, qui ne fera que croître au fil des ans jusqu’à devenir le disque le plus vendu sur le marché américain avec plus de 38 millions d’exemplaires écoulés.

En décembre 1976 sortait enfin « Hotel California ». Curieusement, le premier single retenu n’était pas son morceau titre, mais « New Kid In Town », superbe ballade au demeurant, interprétée par un Glenn Frey comme toujours impeccable. Sur fond de piano électrique et de guitarron mexicain en guise de basse, il s’agit aussi du seul titre dans lequel on pourrait encore déceler quelques légers accents country, combiné à des sonorités plus latines.

Sans surprise, l’album marque en effet un assez évident éloignement de la country rock des débuts vers un style plus grand public, comprendre par là : plus exportable. « Hotel California » est la quintessence de cette mue. Avec sa mélodie éblouissante qu’on doit pour une large part à Don Felder et ce fabuleux duel de guitares qu’il livre avec Joe Walsh, cette pièce maîtresse est devenue le morceau emblématique du répertoire des Eagles, connu dans les quatre coins du monde.

L’apport créatif de Joe Walsh paraît quantitativement assez négligeable, mais sur un titre comme « Life In The Fast Lane », son sens du riff permet de donner un coup de fouet bienvenu à l’album qui, par ailleurs, est plutôt porté sur les mid-tempos et les ballades. Il ne s’agit pas là de le déplorer, car dans le genre, les Eagles ne font jamais dans le soporifique. Les mélodies des Eagles, comme toujours, volent à haute altitude. C’est le cas sur les ballades interprétées par Don Henley « Wasted Time » et « The Last Resort », mais aussi sur le seul titre chanté par Randy Meisner, le très beau « Try And Love Again » qui sera non seulement sa dernière contribution en tant que compositeur, mais également, et je devrais dire : hélas, la dernière occasion d’entendre sa voix sur un album des Eagles, qu’il quittera à l’issue de la tournée de 1977.

Dans son genre, la ballade aux accents soul « Pretty Maids All I A Row », seul titre interprété par Joe Walsh, ne manque pas non plus de charme, ni d’accroche mélodique.

Enfin, autre titre qui durcit un peu le ton, par son riff plus que par son tempo, « Victim Of Love », avec ses belles parties de guitare slide signées Walsh, aurait dû être chanté par Don Felder, qui en était à l’origine. Finalement, usant d’entourloupes qui friseront l’incident, le groupe l’écartera du micro, en faisant le cinquième titre interprété par Don Henley, et confinant Don Felder dans le rôle du dindon de la farce, seul membre du groupe à ne chanter aucun titre sur l’album. Si la méthode manque moralement de noblesse, le résultat, lui, nous force à remballer nos beaux principes. Particularité de ce titre, mais qui ne saute pas aux oreilles tant le rendu paraît parfait : les parties instrumentales de ce titre furent enregistrées dans des conditions « live », sans overdubs.

Album indépassable sur tous les plans, album hors normes, « Hotel California » reste l’un des disques les plus vendus dans le monde avec plus de 32 millions de copies écoulées. Il n’y a là aucun hasard.

Tracklist :
01. Hotel California
02. New Kid In Town
03. Life In The Fast Lane
04. Wasted Time
05. Wasted Time (reprise)
06. Victim Of Love
07. Pretty Maids All In A Row
08. Try And Love Again
09. The Last Resort

Musiciens :
Don Henley : chant, batterie, percussions, chœurs, synthétiseur
Glenn Frey : chant, guitare, chœurs, clavier
Don Felder : guitare, chœurs
Joe Walsh : chant, guitare, clavier, chœurs
Randy Meisner : chant, basse, guitarron, chœurs

Producteur : Bill Szymczyk

Label : Asylum