tonycarey1982bAprès un premier album sorti sur le label de son producteur Peter Hauke, Tony Carey signait un contrat avec la nouvelle maison de disques californienne Rocshire Records. Possession d’un couple d’entrepreneurs qui défraiera bientôt la chronique judiciaire, le label signe alors à tour de bras et impressionne tout le monde par les moyens qu’il déploie. Signer sur ce label est donc une forme de reconnaissance pour Tony Carey qui très rapidement sort ce second album, tout juste quelques mois après « In The Absence Of The Cat ».

Comme à leur habitude, les dirigeants de Rocshire ne regardent pas à la dépense, un budget est alloué pour tourner une vidéo pour le single « West Coast Summer Night », puis une autre quelques temps plus tard pour « I Won’t Be Home Tonight ». L’album fait son chemin dans les classements américains, sans fracas, mais assez honorablement pour un artiste émergeant.

Il faut dire qu’en comparaison du premier album, Tony Carey a considérablement progressé, et on peut le constater dès le premier titre. « I Won’t Be Home Tonight » est un mid-tempo rock à la mélodie très efficace. Atmosphère assez intense, rythmique dansante empruntant un peu au disco, et cette voix si singulière, qui ne saurait laisser indifférent ; cette chanson avait tout pour séduire le public de l’époque, et sa huitième place dans le classement des meilleurs ventes de la catégorie rock du Billboard le confirmera.

On retrouve une intensité assez proche sur le très bon « Vigilante » (ponctué par un solo de clavier de Carey), et « Natalia » (avec de belles touches de piano), qui ne manquent pas non plus d’accroche mélodique. La ballade « Running Away From The Thought Of You », sur fond de guitare acoustique et d’ambiance folk (qu’on retrouve sur « Something For Nothing »), n’est certainement pas la composition la plus renversante de Tony Carey, et pourtant, elle fait elle aussi son effet, portée qu’elle est par la sensibilité de son interprète. Autres ballades, plus épurées, « Carry My Love » (avec un agréable parfum celtique) et « Sing Along » (essentiellement piano / voix) doivent également beaucoup à la personnalité de leur auteur.

Plus rythmé et dans un style plus clairement AOR, « I Don’t Care » redonne un petit coup de fouet à l’album dans une ambiance chaleureuse, portée par quelques touches de saxophone. « West Coast Summer Night » est aussi à ranger dans cette catégorie de titres, mais c’est cette fois une guitare slide qui vient s’inviter dans les arrangements. On regrettera tout juste, sur ce titre et sur d’autres comme « I’ll Tell The World About Her » (sur fond de rhythm & blues), l’absence d’une vraie basse, manifestement remplacée par les sonorités artificielles d’un synthétiseur parfois un peu envahissant (heureusement la rythmique est sauvée par une vraie batterie).

Ce qui est certain, c’est que ce disque avait de quoi séduire, et que son parcours aurait probablement été plus heureux encore si le label Rocshire n’avait sombré aussi vite qu’il était apparu, dans une ahurissante affaire de détournement de fonds. Reconnus coupables d’avoir dérobé près de douze millions de dollars à un ancien employeur, les fondateurs du label finiront en prison, et tout ce que possédait leur compagnie sera saisi par les autorités américaines, masters des enregistrements compris. Heureusement, Tony Carey trouvera un point de chute chez MCA, pour lesquels il enregistrera ses deux meilleurs albums quelques années plus tard. Mais ceci est une autre histoire, que nous verrons plus tard…

Tracklist :
01. I Won’t Be Home Tonight
02. Running Away From Thought Of You
03. I’ll Tell The World About Her
04. Carry My Love
05. I Don’t Care
06. West Coast Summer Nights
07. Natalia
08. Vigilante
09. Something For Nothing
10. Sing Along

Musiciens :
Tony Carey : chant, clavier, synthétiseur, chœurs, etc.
__________
Robbie Musenbichler : guitare
Fritz Matzka : batterie
Hartmut Pfannmüller : batterie
Jurgen Zoller : batterie
Chistian Felke : saxophone, Lyricon

Production : Peter Hauke

Label : Rocshire Records

Publicités