the-shaggs-philosophy-of-the-world-1969Mine de rien, les SHAGGS font partie de l’Histoire du Rock, de la Pop, et on va découvrir pourquoi. L’histoire de ce groupe est en effet assez particulière. Figurez-vous que quelque part, dans le New Hampshire, un certain Austin Wiggin Jr. a un jour eu une révélation de la pare de sa mère cartomancienne: il aurait 3 filles et celles-ci seraient à la tête d’un groupe qui connaîtrait gloire et célébrité. A partir de là, il a coupé du reste du monde ses 3 filles Betty, Dorothy et Helen qui répètent dans leur garage. Par la suite, ce fameux Austin Wiggin Jr. décide de contacter un label pour signer ses 3 filles et leur permettre de louer un studio afin d’enregistrer des chansons qui passeraient à la postérité, du moins il en était persuadé.

Les 3 soeurs Wiggin, qui sévissent sous le nom de THE SHAGGS, ne sont pas au point musicalement, mais le paternel n’en a cure: il est persuadé que ses filles sont géniales, avant-gardistes. C’est ainsi qu’en 1969 les SHAGGS effectuent leurs débuts discographiques avec un album de 12 titres intitulé Philosophy Of The World. Tout un programme ! Le disque n’est pressé qu’à une centaine d’exemplaires et les SHAGGS se cantonneront juste à jouer certains samedis soirs dans des clubs locaux jusqu’en 1975, année qui verra décéder Austin Wiggin Jr. et, donc, précipiter la fin des SHAGGS. L’histoire du groupe est finie, du moins le croit-on. Mais c’est sans compter sur le destin: en effet, un des exemplaires de l’album a fini par atterrir on ne sait trop comment entre les mains d’un certain Frank Zappa, lequel ne tarira pas d’éloges au sujet des SHAGGS, allant jusqu’à les juger plus intéressantes que les BEATLES, rien que ça ! Et puis, en 1980, un autre miracle survient: le label Red Rooster réédite l’album des SHAGGS et, par le bouche à oreille, la réputation du groupe dépasse les frontières, sans pour autant devenir un blockbuster, faut quand même pas déconner ! Et après Frank Zappa, bien plus tard, Kurt Cobain en personne déclarera dans une interview que ce fameux Philosophy Of The World est son cinquième album favori de tous les temps. Bon après, la question est de savoir su Frank Zappa et Kurt Cobain étaient sincères ou ont dit ça pour ironiser ou plaisanter…

L’album en question ? Pour être tout à fait franc, il met en avant 3 filles qui chantent faux, qui jouent faux, qui ne sont pas du tout synchronisées et hors du ton. La batterie sonne souvent à contre-temps. Si les SHAGGS pratiquent un Garage-Rock basique, la démarche est plutôt involontairement Proto-Punk, les 3 soeurs Wiggin jouant à l’instinct. Ce qu’elles ont fait il y a 50 ans a même un nom: l’Outsider Music. Ce terme fait référence aux groupes et artistes qui composent en ignorant ou contournant les standards musicaux, qui demeurent en marge de l’industrie musicale. C’est donc ça, les SHAGGS: un groupe qui a écrit des chansons déstructurées, tout en déconstruction car ses membres ne connaissaient pas les bases les plus élémentaires.Il serait d’ailleurs vain d’essayer de trouver sur ce disque une chanson qui sorte du lot car les titres se ressemblent plus ou moins. C’est tout juste si on s’attardera sur les paroles de « My Pal Foot Foot » ou « It’s Halloween » tellement ça sent l’adolescence. A la limite, on remarquera que « Why Do I Feel ? » avait un petit côté Proto-Punk avant l’heure. Et pourtant, à titre personnel, je n’arrive pas à détester ce disque, ni le groupe qui l’a conçu. Parce qu’il y a une telle naïveté, une telle candeur à travers tous ces titres qu’on en vient finalement à trouver les filles des SHAGGS attachantes, à éprouver de la compassion pour elles. Il n’y a aucune prétention, aucune prise de tête, aucun calcul, c’est le moins qu’on puisse dire.

Avant-gardistes, les SHAGGS l’ont été, et bien malgré elles. Après tout, leur unique album est sorti bien avant le fameux Metal Machine Music de Lou REED ou encore le controversé St. Anger de METALLICA. Les SHAGGS avaient peut-être même plus de 25 ans d’avance: si Philosophy Of The World était sorti entre 1995 et 2000, il aurait eu de bonnes chances de cartonner dans les charts puisque le leitmotiv de cette époque était « Moins tu sais jouer, plus tu es déstructuré, mieux c’est ». En 1969, un tel disque a fait figure d’ovni musical au milieu de tout ce qui était plus ou moins en vogue et face à une concurrence aussi féroce (des BEATLES à Jimi HENDRIX, en passant par LED ZEPPELIN, les STONES, Janis JOPLIN et pleins d’autres), les SHAGGS n’auraient eu de toute façon aucune chance.

Après, certains ont qualifié Philosophy Of The World de pire album de tous les temps, ce qui est tout de même nettement exagéré. Si ce n’est clairement pas un disque à emmener sur une île déserte, il y a objectivement des disques très largement pires que celui-là. On peut même dire que l’unique disque des SHAGGS est meilleur que 95% de la musique mainstream des 25 dernières années (ce qui en dit long, très long sur le niveau qualitatif de celle-ci). Et puis, il faut bien l’avouer: qu’on aime ou pas, quoi qu’on puisse en penser, Philosophy Of The World est assez unique en son genre et ne ressemble à aucun autre disque que vous pouvez avoir dans votre collection personnelle. Au moment où j’écris ces lignes, cet album fête ses 50 ans, ce fut donc une bonne occasion d’en parler.

Tracklist:

1. Philosophy Of The World
2. That Little Sports Car
3. Who Are Parents
4. My Pal Foot Foot
5. My Companion
6. I’m So Happy When You’re Near
7. Things I Wonder
8. Sweet Thing
9. It’s Halloween
10. Why Do I Feel ?
11. What Should I Do ?
12. We Have A Savior

Line-up:
Betty Wiggin (guitare, chant, batterie)
Dorothy Wiggin (guitare, chant)
Helen Wiggin (batterie, guitare)

+
Rachel Wiggin (basse, chant)

Labels: Third Word/Red Rooster

Producteurs: Austin Wiggin Jr., Terry Adams, Charlie Dreyer



Publicités