616WWmK2hBLAprès le gros carton que fut leur premier album éponyme, Foreigner ne traine pas et un an après déboule Double Vision. Un successeur à la hauteur ? Oui, plutôt. Nous sommes clairement dans la lignée du premier album avec ce Hard Rock mélodique accessible au plus grand nombre. Ou cette Pop/Rock mélodique qui flirte avec le Hard, c’est selon. Mais si la musique de Foreigner brasse plus large que l’habituel publique Metal, ce n’est pas pour autant que les chansons tombent dans la facilité. L’accroche mélodique est belle est bien là, mais le talent du guitariste Mick Jones (le principal compositeur – à ne pas confondre avec son homonyme, collègue et compatriote des Clash) permet à certains titres de s’élever au dessus de la masse.

Ainsi, comment résister à l’entraînant « Hot Blooded » ? S’il est surtout dominé de manière plutôt virile par la guitare crunchy de Jones et la voix claire et puissante de Lou Gramm, les discrètes interventions des claviers d’Al Greenwood apportent une certaine identité à l’ensemble. « Blue Morning, Blue Day », plus Pop, a de son côté de légères intonations néo-classique au niveau de ses choix mélodiques. Sur « You’re All I Am », on est clairement dans la ballade Pop à la Elton John. Honnêtement, dans le genre on a vu mieux et ce n’est pas pour rien qu’elle n’a pas eu la destinée d’autres ballades du groupe. Comme sur l’album précédent, Mick Jones prend le micro. Le premier morceau qu’il interprète est « Back Where You Belong », un titre Pop/Rock assez sympathique avec quelques petites touches de Rock progressif (un peu comme cela était le cas sur « Starrider », sans que les deux titres ne se ressemblent pour autant). Jones a une voix pas désagréable, mais comment peut-on penser à chanter lorsqu’on a Lou Gramm dans son groupe ? Le Rock un peu plus burné revient avec « Love Has Taken Its Toll », un mid-tempo plutôt agréable dont la musique a, cette fois, été composée par le multi-instrumentiste Ian McDonald.

Cela dit, c’est vraiment avec « Double Vision » que les choses sérieuses reprennent. Le riff de guitare est sans doute le meilleur que Jones ait composé pour Foreigner jusqu’ici et le refrain, très mélodique, ne manque pas de rester dans le crâne. L’aérien « Tramontane » voit le groupe se frotter à un instrumental assez proche dans son esprit de ceux que le Alan Parsons Projet écrivait à l’époque. Pas sûr que ça plaise aux fans de Rock dur ou de Pop radiophonique, mais c’est pourtant une vraie réussite. La ballade acoustique « I Have Waited So Long » est l’occasion pour Jones de prendre le micro pour la seconde fois. On notera une ligne de chant qui par moment rappelle celle de « Jealous Guy » de John Lennon. D’ailleurs on y retrouve un esprit ‘Beatles en solo’ (Lennon et Harrison principalement, mais un peu de McCartney aussi). Un titre agréable avec en outre un joli travail de McDonald au saxophone. Foreigner termine par deux titres cette fois ouvertement Rock. « Loneley Children » fait parti de ces titres peu connus et qui pourtant mériteraient d’être redécouvert. Un peu plus aventureux que les singles Hard Rock, il en partage pourtant la perfection mélodique, notamment au niveau des choeurs, une des grandes forces du groupe à l’époque, on a tendance à l’oublier. La basse d’Ed Gagliardi claque bien sur « Spellbinder » un titre Rock très mélodique, parfois épique, et emprunt d’une certaine mélancolie. Le genre de titre qui convient le mieux à la voix de Lou Gramm, lui permettant de montrer toute son étendue vocale. Pour la petite histoire, les arrangements du discret ensemble de cordes ont été accomplis par David Paich, le leader de Toto. Bref, « Spellbinder » permet à Double Vision de s’achever sur un vrai point d’orgue.

Porté par le succès de ses singles (« Hot Blooded », « Blue Morning, Blue Day » et « Double Vision »), ce deuxième album de Foreigner se vendit encore mieux que le précédent, confortant le groupe comme l’exemple à suivre du point de vue des labels lorsqu’il était question de Hard Rock. Double Vision sera aussi le dernier album avec le bassiste Ed Gagliardi, dont le tempérament frondeur n’était pas trop pour plaire au tout puissant Mick Jones.

Tracklist:
1. Hot Blooded
2. Blue Morning, Blue Day
3. You’re All I Am
4. Back Where You Belong
5. Love Has Taken Its Toll
6. Double Vision
7. Tramontane
8. I Have Waited So Long
9. Lonely Children
10. Spellbinder

Musiciens:
Lou Gramm: Chant
Mick Jones: Guitare, chant (4 et 8)
Ian Mc Donald: Guitare, claviers, saxophone
Al Greenwood: Claviers
Ed Gagliardi: Basse
Dennis Elliott: Batterie

Producteur: Keith Olsen, Mick Jones & Ian McDonald

Publicités