tumblr_naxw0tlDhw1ri1l41o1_1280Après le succès de leur premier album les B-52’s ne traînent pas pour mettre en route un successeur. Le groupe l’avait en effet joué finaud et gardé une partie du matériel des débuts disponibles afin d’avoir un deuxième album à la hauteur et ne pas devoir composer des titres à la hâte. De ce fait, Wild Planet est la continuité logique de l’album de 1979. Vous avez aimé le premier ? Vous ne serez pas déçus par le deuxième !

Fidèles à leur esprit déluré, les B-52’s mettent les pieds dans le plat dès « Party Out Of Bounds », les faisant surgir tels des hôtes non-invités. « Surprise ! » ricane Fred Schneider en entrant dans la danse. Car les B-52’s ont le chic pour nous faire danser avec leur musique grinçante. Le rythme simple de la basse synthé et de la batterie est irrésistible. Dessus, Ricky Wilson y pose ces accords dissonants, soutenu par l’orgue de Kate Pierson. Le jeu des questions-réponses entre Schneider et Pierson et Cindy Wilson est toujours au poil et reste l’un des points identitaires les plus réussis du groupe, ainsi qu’un élément cent pour cent fun. Moins survolté, « Dirty Back Road » est un duo entre les deux chanteuses aux voix si étrangement similaires sur une musique relax, vision personnelle de Ricky Wilson (le compositeur principal) de ce qui sera bientôt appelé New Wave ou Post-Punk. En Angleterre, Siouxsie et ses Banshees réalisaient une musique assez similaire aux tons nettement plus sombres et glacés. La guitare de Wilson et la batterie de Keith Strickland se font plus agressifs sur « Runnin’ Around » qui est un nouveau titre haut en couleur où les voix puissantes et mélodieuses des chanteuses contrastent avec le ton grinçant de Schneider. Comme sur l’album précédent, Cindy Wilson a droit à son petit moment de gloire avec le très New Wave et dansant « Give Me Back My Man » qui voit la chanteuse passer de la douceur à la supplication vibrante.

Difficile de résister au rythme entraînant de « Private Idaho » de même qu’à son refrain mené tambour battant par les chanteuses. Ricky Wilson et Keith Strickland ont le chic pour trouver des mélodies et rythmes non-conventionnels et pourtant accrocheurs. Si le titre n’est pas devenu aussi incontournable que « Rock Lobster », il n’en est pas passé loin. Plus Rock avec ses power chords puissants, « Devil In My Car » est moins original mais dispose d’une énergie qui devait plaire à la scène Punk new-yorkaise et qui est fort réussie. L’esprit loufoque des B-52’s atteint des sommets avec « Quiche Lorraine ». Un titre pareil c’est déjà pas banal (ce n’est pas Léo Ferré qui s’y serait osé), mais en plus pour des Américains ! Schneider joue son parfait rôle de maître de cérémonie givré avec ses paroles et poésies absurdes tandis que le groupe joue une musique simplissime, entre Surf Rock rétro et Rock avant-gardiste. Le titre le plus ‘arty’ de ce Wild Planet. « Strobe Light » est un autre titre à l’énergie Punk mais tout en rappelant les danses endiablées des débuts du Rock ’n’ Roll. Pour peu, on se croirait dans un film de John Waters. On retrouve l’ambiance de science-fiction rétro qui avait tant séduit avec « Planet Claire » sur « 53 Miles West Of Venus ». Pourtant, ce titre n’est en rien une redite du précédent. C’est plutôt comme si les B-52’s poursuivaient leur exploration de cet univers si particulier et découvraient une autre planètes aux ambiances différentes. Le titre est quasiment un instrumental, ce contentant de quelques interventions de Kate Pierson et Cindy Wilson pour entonner ce qui ressemble à un mantra.

Wild Planet est donc une suite on ne peut plus réussie du premier album. On peut même dire que l’univers décalé des B-52’s se développe encore davantage. Si bien sûr il manque un tube du calibre de « Rock Lobster » (mais cela était difficilement reproductible à moins de s’auto-plagier), de nombreux titres (« Private Idaho », « Give Me Back My Man » et « Party Out Of Bounds » en tête) ne sont pas loin d’y parvenir et continuent à montrer un groupe qui a réussi le pari fou de mélanger prétentions artistiques et Pop/Rock festive.

Tracklist:
1. Party Out Of Bounds
2. Dirty Back Road
3. Runnin’ Around
4. Give Me Back My Man
5. Private Idaho
6. Devil In My Car
7. Quiche Lorraine
8. Strobe Light
9. 53 Miles West Of Venus

Musiciens:
Fred Schneider: Chant
Kate Pierson: Chant, claviers
Cindy Wilson: Chant, percussions
Ricky Wilson: Guitare
Keith Strickland: Guitare

Producteur: Rhett Davies